Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 18:28
Inspiration d'Irlande

Juste le plaisir d'une belle image

Repost 0
Published by marie-b
commenter cet article
1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 16:20

 

coeur vert

 

 

 

Si tu étais main, je serais guitare,

Par tes caresses mes sons vibreraient.

Si tu étais livre, je serais papier,

Par tes yeux mes mots se dessineraient.

Si tu étais affamé, je serais miel,

Par ta bouche ma douceur serait exhalée.

Si tu étais vent, je serais fragrance,

Par ton souffle ma peau te serait révélée.

Si tu étais rire, je serais bonheur,

Par ton éclat, ta joie je ressentirais.  

Si tu étais oiseau, je serais tes ailes,

Par ta force, avec toi je m’envolerais.

Si tu étais homme, je serais femme,

Par tout ton être je serais consumée.

 

 

 

 

Repost 0
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 18:41

 

 

 

 

couple.jpg 

 

 

 

Gemmes brillantes pareilles à des émaux

Les larmes en rivière parcourent ta peau,

Au-delà des meurtrissures et des orages,

Viens contre ma chair et reprends courage,

Par la chaleur de mon ventre, le goût de ma bouche,

Par le grain de mon sein, la douceur de ma couche,

Le parfum enivrant de nos corps qui se frôlent,

Viens en mon jardin quand s’ouvre la corolle,

Puise en moi l’étincelle des envies,

Puise en moi les flammes de ta vie.

L’un dans l’autre, nous combattrons les démons,

L’un dans l’autre et par notre fusion,

Nous brûlerons.

Repost 0
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 17:06

fillette.jpg

 

Parle-moi d’elle, toi mon  doux instrument,

Car tu comptais le temps qui me séparait d’elle,

Ces matins impatients au soleil des printemps,

Les leçons de musique, espérant l’hirondelle.

Parle-moi d’elle, toi mon doux instrument,

Les leçons de musique, espérant l’hirondelle,

Car tu chantes la fleur qu’était alors l’enfant.

Mélodies de jadis ma rapprochent un peu d’elle.

Repost 0
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 16:57

langue

 

Pour un temps, rends-moi mon coeur d’enfant,

Rends-moi le vélo rouge et les exploits d’antan,

Rappelle-moi les confitures, les gâteaux au beurre,

Et les tartines de miel de mes quatre heures.

 

Refaits-moi sauter dans l’eau des flaques,

Mais garde pour toi les fessées et les claques,

Rends-moi l’odeur du foin fraîchement coupé,

Les baignades et l’onde des blés dorés.

 

Rappelle-moi mon père lorsqu’il me tendait la main,

Rends-moi ce paradis sans peur du lendemain.

 

drole.jpg

Repost 0
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 18:27

 

 lebaiser18 bronze couple001min

 

 

tendres reves001 minA chaque être correspond une forme d'amour spécifique; son bonheur est de la rencontrer.

Jean Simard

Repost 0
Published by marie-b - dans Divers
commenter cet article
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 17:59

ligerie.jpg

 

 

J’ai vogué sur des eaux trop salées,

Marché sur des chemins détournés,

Le combat n’est pas achevé,

Mais je reviens ici partager…

La danse des mots n’est pas terminée.

 

Une tendre pensée et celles et ceux qui sont passés,

D’un petit mot, d’un simple baiser, vous m’avez doucement réveillée.

Et même si vous n’avez rien écrit, j’ai su votre présence intimidée,

J’ai senti vos lectures des lignes jadis déposées,

Des vers que le temps n’a pas altérés,

Je vous remercie et vous souffle un doux baiser…

 

 

 

Repost 0
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 22:37

Espoir.

Il est des histoires impossibles, on ne fait qu’y frôler le bonheur sans jamais l’atteindre. Mais l’humain est ainsi fait qu’il appelle l’espoir de toutes ses forces, pour l’aider à rendre les histoires d’amour réalisables. L’espoir peut donner des ailes mais il peut être le pire des conseillers, il vous déconnecte de la vérité même si elle vous crève les yeux. Car… il est des cœurs fragiles et amoureux qui conjuguent l’espoir comme une réalité facile. Comme le papillon, ils se brûlent les ailes au feu des convictions et réalisent la fragilité de leur édifice, la faiblesse de leur chimère. Ils réalisent trop tard. A trop frôler le bonheur sans jamais l’atteindre, l’humain appelle l’amertume, la souffrance et l’anéantissement d’un sentiment qui au départ était pur comme diamant.

 

Les « je t’aime ».

L’homme  est seul au fond de son cœur, il nait, aime et meurt seul. Même les « je t’aime » de l’être aimé résonnent de solitude car tôt ou tard l’être aimé se révèle incapable de partager ou seulement de comprendre. Les « je t’aime » s’envolent alors sous le souffle léger de la brise et ne s’arrêtent plus sur les bordures du cœur qui en a tant besoin. L’homme est ainsi fait que lorsqu’il prononce un « je t’aime » c’est pour avoir un témoin à son « je m’aime » encore plus par tes yeux…

 

Les mots.

Tant de jolies formules afin de flatter une idée, teinter un sentiment, imager la vie. Mais si les mots peuvent se révéler de merveilleuses douceurs sur le chemin de notre existence, ils ont la faculté de tromper sous la dentelle des belles lettres, sous un manteau de caresses, ils se tapissent pour mieux piquer. Aiguillons en plein cœur, envoyés entre deux amabilités… Petits mensonges afin d’édulcorer une amère réalité que l’on ne veut révéler. Les mots font voir, les mots font croire…

 

Extrait "Le journal de Padupe".

 

Repost 0
Published by marie-b - dans Les geysers
commenter cet article
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 11:21

nu.jpg

 

 

 

"Le talent est comme un robinet. Quand il est ouvert, on peut écrire. L'inspiration est une farce que les poètes ont inventée pour se donner de l'importance."

Jean Anouilh.

Repost 0
Published by marie-b - dans Divers
commenter cet article
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 17:57

femme dos

 

 

  

Rien n’est plus doux que…

Plonger mes yeux dans les tiens,

Sentir ta main sur mes reins.

Caresser ton visage,

Oublier d’être sage.

Parcourir ta peau,

Frissonner en écho.

Le désir sur ta bouche,

L’envie que tu me touches.

Le son vibrant de ta voix,

Te sentir tout contre moi.

Tes mots si tendres chuchotés,

Mes mots d’amour susurrés.

Tes lèvres sur les miennes,

Dans tes bras me sentir reine.

Ton sourire qui m’éclaire,

Contre toi perdre repères.

Te regarder dormir,

Et pousser des soupirs.

Rien n’est plus doux que la passion dans tes yeux…

Rien n’est plus doux que l’harmonie d’être deux...

 

 

a la mer

Repost 0

Présentation

  • : marie-b danse avec les mots.
  • marie-b danse avec les mots.
  • : Un inventaire à la Prévert: Un sourire Deux mains Trois promesses Quatre vers L'encre de marie.b
  • Contact

Profil

  • marie-b
  • Autrement dit: Yavanna.
  • Autrement dit: Yavanna.

Recherche

Archives

Liens