Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 18:27

 

 lebaiser18 bronze couple001min

 

 

tendres reves001 minA chaque être correspond une forme d'amour spécifique; son bonheur est de la rencontrer.

Jean Simard

Repost 0
Published by marie-b - dans Divers
commenter cet article
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 11:21

nu.jpg

 

 

 

"Le talent est comme un robinet. Quand il est ouvert, on peut écrire. L'inspiration est une farce que les poètes ont inventée pour se donner de l'importance."

Jean Anouilh.

Repost 0
Published by marie-b - dans Divers
commenter cet article
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 17:35

 

 

ames-de-papier.jpg 

Extrait de "Âmes de papier", Editions Thélès, Marielle Boisson. Premier chapitre "Quand Fabien écoute la musique du coeur."

 

"Arborant sa volumineuse chevelure rousse, mon amie patiente devant une menthe à l’eau. Elle s’est glissée dans une jupe courte dévoilant ses longues jambes fuselées et je ne peux m’empêcher d’admirer son vertigineux décolleté ne cachant rien de ses attributs mammaires. Silencieux, je m’installe à ses côtés. Sans préambule, elle entre dans le vif du sujet.

    Merci d’être venu Fabien, j’ai besoin de te parler.

    Je sais pertinemment de quoi tu veux me parler, je m’y suis préparé.

    Enfin tu vois bien qu’entre nous ça ne colle plus ! Je pense qu’il est temps de mettre un terme à notre relation. Nous tournons en rond depuis des semaines, ça ne peut plus durer !

Mon regard se porte négligemment vers un pigeon picorant sur la place. J’observe le biset au plumage miroitant. Avec célérité, il va de miette en miette, roucoule, scrute les alentours afin de se rassurer. Dans son minuscule crâne s’active ce besoin primaire de la quête de sa pitance. Si je pouvais prendre sa place, rien qu’un instant. Ne rien ressentir, m’envoler, ne plus penser… Allez Fabien, tu dois redescendre de ton nuage, il faut affronter la réalité. Le regard de Michèle est rivé sur moi, elle attend patiemment que je sorte de ma rêverie. Je ne suis pas pressé, j’appréhende les mots à venir. Mon amie reprend d’un ton posé.

    Tu veux te marier à l’église en grande pompe, avoir des enfants rapidement, m’emmener tous les dimanches à la messe et faire de moi la parfaite femme au foyer... Ce n’est pas la vie dont je rêve, tu peux comprendre ça non ?

Envie de fuir. Les mots sont là. Triste mélodie d’un refrain pressenti. Je lui réponds malgré mon désir de mutisme.

    D’accord, tu n’as pas la foi et tu n’es pas vraiment faite pour la vie de couple mais j’espérais que par amour tu changerais. Je vais avoir trente-sept ans et je songe depuis longtemps à fonder une famille, j’ai naïvement cru qu’avec toi… ce serait possible."

    Je suis désolée, je ne veux pas m’enfermer dans ton carcan, je reprends ma liberté. D’ailleurs, je viens d’obtenir ma mutation pour Strasbourg, je dois partir d’ici une quinzaine de jours.

Je lui envoie d’un air dépité.

    Alors, tu balaies trois ans de bonheur comme ça, d’un coup ! As-tu pensé à moi ?

    Penser à toi ?! Je n’ai fait que ça ces dernières semaines. Ma décision est mûrement réfléchie Fabien, tu t’en remettras, ta foi t’y aidera.

Sur cette ultime déclaration tranchante et sans appel, Michèle se lève, lisse des mains sa jupette, l’ajuste en un déhanchement équivoque  et se penche sur ma joue  afin d’y déposer un baiser puis elle tourne les talons sans rien ajouter. Morose, je la regarde s’éloigner. Son parfum capiteux se répand et cette sensation enivrante ravive les souvenirs de nuits torrides durant lesquelles nos deux corps ne faisaient qu’un… le corps de Michèle…  Maintenant une crispation au creux de l’estomac me taraude, je n’ai pas le courage de quitter la terrasse et reste là, un peu hagard.

Cet échec, je l’avais présagé depuis quelques temps déjà. Doucement, la rupture avait fait son chemin, j’en prends conscience à cet instant. Une page de mon livre se tourne. Curieusement, je ne suis pas effondré, seulement déçu mais sans la moindre amertume comme si on me délivrait une évidence, preuve à l’appui… Le garçon me rend la monnaie me sortant ainsi de ma rêverie puis je pivote un peu la tête et je la vois. Je la vois pour la première fois.

Assise à quelques mètres de moi, une superbe jeune femme me fixe avec insistance. De longs cheveux blonds cascadent sur ses épaules et ses grands yeux verts semblent deux émeraudes scintillantes. Incapable d’endurer ce regard examinateur, je m’esquive un peu gêné. Mon comportement ne semble pas déranger la mystérieuse jeune femme. Je rougis et sens le feu sous ma peau mais intrigué par l’apparition, je trouve malgré tout le courage de relever la tête et l’observe attentivement.

Son visage de marbre ne révèle aucune émotion ou expression. Un grain de beauté orne la commissure de ses lèvres et son teint laiteux est à peine coloré par une touche rosée au niveau des pommettes. Incapable de supporter plus longtemps ce visage comparable à une vierge de Botticelli, je me lève précipitamment et m’en vais. Troublé, à n’en pas douter, j’ai l’impression que je viens de rencontrer un ange incarné. L’aura de cette femme ne me trompe pas. Des représentations angéliques, j’en ai suffisamment admiré sur les tableaux de la Renaissance. Des Madones aux Saintes, les plus grands peintres ont toujours su conférer ce halo de grâce divine dont cette jeune femme est parée.

Repost 0
Published by marie-b - dans Divers
commenter cet article
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 10:36


thumb-spectateurs_photo.jpg

" Tu ne peux retourner dans le ventre de ta mère pour en ressortir avec un autre nom, mais tu peux replonger dans la femme qui t'accueille avec amour pour puiser en elle la lumière qui te manque." Maria de Naglowska.

"La polygamie n'est pas l'expression d'un amour extrême mais d'un mépris excessif des femmes." Théodore Jouffroy.

"Pour bien s'entendre, il faut avoir les mêmes défauts et des qualités différentes." M-M Diabaté.

"Par terre, on se dispute mais au lit on s'explique. Et sur l'oreiller, on se comprend!" Henri Jeanson.
Repost 0
Published by marie-b - dans Divers
commenter cet article
1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 17:32

paris.jpg

Viens avec moi et main dans la main, nous sillonnerons la ville. Viens avec moi et courons dans les rues silencieuses, sonnons aux portes et fuyons. Plus fort, plus haut, encore et encore, le nez au vent, les pieds dans les flaques, naissons. Viens avec moi quand la ville sommeille, réveillons-là de nos chansons et crions nos rêves sur trottoirs et pavés. Viens avec moi et courons plus vite pour lancer nos espoirs sur les toits et nos rimes au-delà. Viens avec moi et main dans la main, nous verrons nos rires illuminer le béton, nos voix colorer le goudron et notre amour animer la cité. Laisse ta main dans la mienne, là où je t’emmène il n’y a que toi et moi, le vent est musique de nos cœurs à l’unisson. Plus vite, courons plus vite allons…

Repost 0
Published by marie-b - dans Divers
commenter cet article
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 18:08



a la mer" Le désir fleurit, la possession flétrit toutes choses." Marcel Proust.
" Tout sadisme semble la volonté délirante d'une impossible possession." André Malraux.
" Tout ce qui est de l'ordre du charnel, du passionnel, du désir est contradictoire avec l'amour. A cause de l'aspect possessif." Yasmina Reza.
" Pourquoi l'amour et la souffrance vivent-ils ensemble? Parce que c'est un couple." Michel Conte.
Repost 0
Published by marie-b - dans Divers
commenter cet article
24 décembre 2009 4 24 /12 /décembre /2009 08:51



bébé noel


C'est dans les yeux d'un enfant que se reflète Noël...
Bisous sucrés de fin d'année.

Repost 0
Published by marie-b - dans Divers
commenter cet article
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 14:25

Petite erreur de manipulation, le poème "Fusion" a disparu! Navrée pour vos commentaires..
Repost 0
Published by marie-b - dans Divers
commenter cet article
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 14:22



Il meurt lentement
celui qui ne voyage pas,
celui qui ne lit pas,
celui qui n’écoute pas de musique,
celui qui ne sait pas trouver
grâce à ses yeux.

Il meurt lentement
celui qui détruit son amour-propre,
celui qui ne se laisse jamais aider.

Il meurt lentement
celui qui devient esclave de l'habitude
refaisant tous les jours les mêmes chemins,
celui qui ne change jamais de repère,
Ne se risque jamais à changer la couleur
de ses vêtements
Ou qui ne parle jamais à un inconnu

Il meurt lentement
celui qui évite la passion
et son tourbillon d'émotions
celles qui redonnent la lumière dans les yeux
et réparent les coeurs blessés

Il meurt lentement
celui qui ne change pas de cap
lorsqu'il est malheureux
au travail ou en amour,
celui qui ne prend pas de risques
pour réaliser ses rêves,
celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
n'a fui les conseils sensés.

Vis maintenant !

Risque-toi aujourd'hui !

Agis tout de suite!

Ne te laisse pas mourir lentement !

Ne te prive pas d'être heureux !
 

 

Repost 0
Published by marie-b - dans Divers
commenter cet article
2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 16:25

Bonjour les amis. Désolée de jouer les arlésiennes depuis quelques semaines, je me suis absentée pour des raisons de santé mais me voilà de retour (en douceur of course!).
Un retour en force malgré tout puisque je viens partager avec vous une bonne nouvelle... ouf!!!
La sortie en librairie de mon dernier "bébé".
J'avais passé beaucoup d'extraits ici et je sais que certains d'entre vous se languissaient... la suite...
Donc, je vais faire un peu d'auto-promo (sans prendre la grosse tête, promis lol!!)


 "Âmes de papier", roman. Marielle Boisson (vii! c'est moi) édition Thélès.
Intrigue psychologique (143 pages)
Pour en savoir plus: www.theles.fr rubrique "catalogue-nouveautés" première page.

Quatrième de couverture:
"Ariane est belle, mystérieuse aussi. Elle va traverser l'existence de trois personnages qu'elle bouleversera à tout jamais. Car Ariane a ses "marionnettes": le mystique Fabien, la fragile Roxane et l'attachant petit Vincent. Par effet de ricochets, les proches de nos trois protagonistes subiront, eux aussi, l'influence de cette inquiétante créature. Mais qui est-elle? Quel est son but? Pour le savoir, il faudra accepter, vous aussi, de vous laisser envoûter par son charme...

Maniant avec adresse la psychologie des personnages aussi bien que l'intrigue, l'auteure nous livre un roman très habile sur la manipulation et la séduction. A chaque page, le doute s'installe, les âmes se dérobent, légères et fragiles comme du papier."
PS: Euhhhh, c'est mon éditrice qui a écrit ça...

 

 

 

Repost 0
Published by marie-b - dans Divers
commenter cet article

Présentation

  • : marie-b danse avec les mots.
  • marie-b danse avec les mots.
  • : Un inventaire à la Prévert: Un sourire Deux mains Trois promesses Quatre vers L'encre de marie.b
  • Contact

Profil

  • marie-b
  • Autrement dit: Yavanna.
  • Autrement dit: Yavanna.

Recherche

Archives

Liens