Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 22:37

Espoir.

Il est des histoires impossibles, on ne fait qu’y frôler le bonheur sans jamais l’atteindre. Mais l’humain est ainsi fait qu’il appelle l’espoir de toutes ses forces, pour l’aider à rendre les histoires d’amour réalisables. L’espoir peut donner des ailes mais il peut être le pire des conseillers, il vous déconnecte de la vérité même si elle vous crève les yeux. Car… il est des cœurs fragiles et amoureux qui conjuguent l’espoir comme une réalité facile. Comme le papillon, ils se brûlent les ailes au feu des convictions et réalisent la fragilité de leur édifice, la faiblesse de leur chimère. Ils réalisent trop tard. A trop frôler le bonheur sans jamais l’atteindre, l’humain appelle l’amertume, la souffrance et l’anéantissement d’un sentiment qui au départ était pur comme diamant.

 

Les « je t’aime ».

L’homme  est seul au fond de son cœur, il nait, aime et meurt seul. Même les « je t’aime » de l’être aimé résonnent de solitude car tôt ou tard l’être aimé se révèle incapable de partager ou seulement de comprendre. Les « je t’aime » s’envolent alors sous le souffle léger de la brise et ne s’arrêtent plus sur les bordures du cœur qui en a tant besoin. L’homme est ainsi fait que lorsqu’il prononce un « je t’aime » c’est pour avoir un témoin à son « je m’aime » encore plus par tes yeux…

 

Les mots.

Tant de jolies formules afin de flatter une idée, teinter un sentiment, imager la vie. Mais si les mots peuvent se révéler de merveilleuses douceurs sur le chemin de notre existence, ils ont la faculté de tromper sous la dentelle des belles lettres, sous un manteau de caresses, ils se tapissent pour mieux piquer. Aiguillons en plein cœur, envoyés entre deux amabilités… Petits mensonges afin d’édulcorer une amère réalité que l’on ne veut révéler. Les mots font voir, les mots font croire…

 

Extrait "Le journal de Padupe".

 

Repost 0
Published by marie-b - dans Les geysers
commenter cet article
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 13:12

Et si je me calquais à l’image du monde terrestre…

Ferais-je exploser des bombes ? Non, je mettrais des enfants au monde puis les rangerais soigneusement dans mon congélateur… Ou alors… Me vient une idée, j’habillerais  mon amant de latex et lui logerais des pruneaux dans le coffre… ou alors… Je frapperais de ma cravache toute femme dévoilée, tout homme souriant à la face d’Allah… ou alors… Je pourrais enfermer un môme sans soin ni nourriture avec une meute de chiens, c’est très à la mode. Je remplirais mes poches de l’argent des autres, vous savez de qui je veux parler mais si… l’ouvrier, le petit épargnant, la vache à lait quoi…  puis j’irais trinquer à l’Elysée avec le nain de jardin, histoire de compter nos sous…Tiens en parlant de lait, il tourne chez nous mais pas pour faire du fromage, hélas. Une autre idée me vient; pourquoi pas profiter de ma notoriété afin d’endiguer l'épidémie de préservatifs, au nom de l’église mon plan devrait bien mieux fonctionner, non ?

Ah ! Je n’oublierais pas de souiller au passage, notre belle planète, histoire de faire disparaître  quelques poissons, corail, cétacés et ours blancs… où avais-je la tête ? J’ai failli oublier qu’il me resterait encore à couper le bois de nos belles forêts… Houlà ! Quel boulot !

Il y a peu, je voyais le pire des cauchemars en m’imaginant coincée dans un ascenseur avec les œuvres complètes de Maria Carey  en musique de fond… Ben maintenant, mes cauchemars prennent d’autres directions…

La terre n’est pas faite pour moi, je vais donc retourner illico presto  sur Vénus. Salut les terriens, on se retrouvera en mode cellulaire agonisant dans peu de temps rassurez-vous !

 

Repost 0
Published by marie-b - dans Les geysers
commenter cet article
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 17:19

Un jour je trouverai les mots…

Dans le ciel nébuleux de mes pensées,

Sur le cheminement de mon esprit torturé,

Je trouverai la clé des mots pour que toi, la femme voilée, l’enfant affamé, l’homme blessé, la liberté bafouée, la terre souillée tu puisses te relever.

Je trouverai la clé des mots pour que toi, le ventre noué, les larmes amères, le mal dans la chair, le cœur transpercé tu sois repoussé.

Je trouverai la clé des mots pour que tu saches mon cœur, mes peurs, mes espoirs, mes chagrins et ma quête s’achèvera peut-être le jour où je parviendrai à prononcer les mots si confus que je tente d’écrire d’une main maladroite et timide.

Un jour je trouverai les mots…

Dans l’avenir ténébreux de mes idées,

Sur la plage de mes sentiments échoués,

Je trouverai enfin les mots d’amour que je ne peux prononcer et ceux qu’il m’est si doux d’entendre. J’enfanterai de phrases de miel, légères comme une brise marine, tièdes comme la paume de l’enfant, puissantes comme un ouragan. La naissance d’une droite ligne entre mon cœur et ma bouche où les obstacles ne seront que souvenirs enfouis…

Oui, un jour… je trouverai ou j’en mourrai…

 

 

 

 

Repost 0
Published by marie-b - dans Les geysers
commenter cet article

Présentation

  • : marie-b danse avec les mots.
  • marie-b danse avec les mots.
  • : Un inventaire à la Prévert: Un sourire Deux mains Trois promesses Quatre vers L'encre de marie.b
  • Contact

Profil

  • marie-b
  • Autrement dit: Yavanna.
  • Autrement dit: Yavanna.

Recherche

Archives

Liens