Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 17:35

 

 

ames-de-papier.jpg 

Extrait de "Âmes de papier", Editions Thélès, Marielle Boisson. Premier chapitre "Quand Fabien écoute la musique du coeur."

 

"Arborant sa volumineuse chevelure rousse, mon amie patiente devant une menthe à l’eau. Elle s’est glissée dans une jupe courte dévoilant ses longues jambes fuselées et je ne peux m’empêcher d’admirer son vertigineux décolleté ne cachant rien de ses attributs mammaires. Silencieux, je m’installe à ses côtés. Sans préambule, elle entre dans le vif du sujet.

    Merci d’être venu Fabien, j’ai besoin de te parler.

    Je sais pertinemment de quoi tu veux me parler, je m’y suis préparé.

    Enfin tu vois bien qu’entre nous ça ne colle plus ! Je pense qu’il est temps de mettre un terme à notre relation. Nous tournons en rond depuis des semaines, ça ne peut plus durer !

Mon regard se porte négligemment vers un pigeon picorant sur la place. J’observe le biset au plumage miroitant. Avec célérité, il va de miette en miette, roucoule, scrute les alentours afin de se rassurer. Dans son minuscule crâne s’active ce besoin primaire de la quête de sa pitance. Si je pouvais prendre sa place, rien qu’un instant. Ne rien ressentir, m’envoler, ne plus penser… Allez Fabien, tu dois redescendre de ton nuage, il faut affronter la réalité. Le regard de Michèle est rivé sur moi, elle attend patiemment que je sorte de ma rêverie. Je ne suis pas pressé, j’appréhende les mots à venir. Mon amie reprend d’un ton posé.

    Tu veux te marier à l’église en grande pompe, avoir des enfants rapidement, m’emmener tous les dimanches à la messe et faire de moi la parfaite femme au foyer... Ce n’est pas la vie dont je rêve, tu peux comprendre ça non ?

Envie de fuir. Les mots sont là. Triste mélodie d’un refrain pressenti. Je lui réponds malgré mon désir de mutisme.

    D’accord, tu n’as pas la foi et tu n’es pas vraiment faite pour la vie de couple mais j’espérais que par amour tu changerais. Je vais avoir trente-sept ans et je songe depuis longtemps à fonder une famille, j’ai naïvement cru qu’avec toi… ce serait possible."

    Je suis désolée, je ne veux pas m’enfermer dans ton carcan, je reprends ma liberté. D’ailleurs, je viens d’obtenir ma mutation pour Strasbourg, je dois partir d’ici une quinzaine de jours.

Je lui envoie d’un air dépité.

    Alors, tu balaies trois ans de bonheur comme ça, d’un coup ! As-tu pensé à moi ?

    Penser à toi ?! Je n’ai fait que ça ces dernières semaines. Ma décision est mûrement réfléchie Fabien, tu t’en remettras, ta foi t’y aidera.

Sur cette ultime déclaration tranchante et sans appel, Michèle se lève, lisse des mains sa jupette, l’ajuste en un déhanchement équivoque  et se penche sur ma joue  afin d’y déposer un baiser puis elle tourne les talons sans rien ajouter. Morose, je la regarde s’éloigner. Son parfum capiteux se répand et cette sensation enivrante ravive les souvenirs de nuits torrides durant lesquelles nos deux corps ne faisaient qu’un… le corps de Michèle…  Maintenant une crispation au creux de l’estomac me taraude, je n’ai pas le courage de quitter la terrasse et reste là, un peu hagard.

Cet échec, je l’avais présagé depuis quelques temps déjà. Doucement, la rupture avait fait son chemin, j’en prends conscience à cet instant. Une page de mon livre se tourne. Curieusement, je ne suis pas effondré, seulement déçu mais sans la moindre amertume comme si on me délivrait une évidence, preuve à l’appui… Le garçon me rend la monnaie me sortant ainsi de ma rêverie puis je pivote un peu la tête et je la vois. Je la vois pour la première fois.

Assise à quelques mètres de moi, une superbe jeune femme me fixe avec insistance. De longs cheveux blonds cascadent sur ses épaules et ses grands yeux verts semblent deux émeraudes scintillantes. Incapable d’endurer ce regard examinateur, je m’esquive un peu gêné. Mon comportement ne semble pas déranger la mystérieuse jeune femme. Je rougis et sens le feu sous ma peau mais intrigué par l’apparition, je trouve malgré tout le courage de relever la tête et l’observe attentivement.

Son visage de marbre ne révèle aucune émotion ou expression. Un grain de beauté orne la commissure de ses lèvres et son teint laiteux est à peine coloré par une touche rosée au niveau des pommettes. Incapable de supporter plus longtemps ce visage comparable à une vierge de Botticelli, je me lève précipitamment et m’en vais. Troublé, à n’en pas douter, j’ai l’impression que je viens de rencontrer un ange incarné. L’aura de cette femme ne me trompe pas. Des représentations angéliques, j’en ai suffisamment admiré sur les tableaux de la Renaissance. Des Madones aux Saintes, les plus grands peintres ont toujours su conférer ce halo de grâce divine dont cette jeune femme est parée.

Partager cet article

Repost 0
Published by marie-b - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Globox14... 07/05/2010 18:30


Bonsoir Marie,
Un écrit qui ne me laisse pas insensible.. J'aime beaucoup tes écrits en prose comme en poésie... je trouve ton écriture fluide, facile à lire... Il y a des choses que j'ai l'impression de vivre...
J'aimerais lire le reste mais pas tout de suite, trop de choses à lire, plus tard pourquoi pas !!! merci de nous offrir un extrait, cela permet de se plonger dans cet univers si particulier...


rickey 27/04/2010 06:51


Bonjour marie,l'ange dont il est question est un ange plutôt dangereux,pour avoir fait la lecture de ton magnifique écrit,je prends plaisir a le lire et le relire,je me repette,a quand ton prochain
livre ???????? merci en tous cas d'avoir ecrit ceux dont on profite déja !!!!!
Bizzzz et au plaisir de te lire encore et encore................... un de tes fidèles lecteurs ...........


marie-b 28/04/2010 18:26



Tu sais, sur les routes de la vie, on croise souvent des convois d'anges heureux... Gaffe mon Rikey, fidèle lecteur. Bizouilles.



Marin 26/04/2010 09:09


C'est toujours pareil, les gars, quand ils sont nudifiés par une femme, jolie de surcrooît, il tournelnt les talons, alors que leurs regards sont aux femmes souvent ce que sont les rayons X aux
patients. Et une femme capable d'assumer son regard sur les choses ne peut être qu'un ange ....ou un démon. Ce ne doit être qu'une femme. Il va me falloir chercher le livre pour suivre ce regard
....


marie-b 28/04/2010 18:24



Tu parles comme un toubib lol!!!  Tu es sur la bonne voie entre ange et démon comme l'auteure hein? Kisses my Red!



William 26/04/2010 07:59


Cette rencontre... un ange , une femme ? Peut-être les deux à la fois ? Si, si, ça existe...
En tout cas cela donne envie de lire ton roman pour le savoir, ce qui ne saurait tarder ; à la moindre occasion !
Gros bisous et à très bientôt.
William


marie-b 28/04/2010 18:21



Merci William, on se croise peu en ce moment, d'autant plus que je loupe le printemps du livre et des médias cette année. Une dédicace très spéciale t'est réservée, on se voit en juillet
normalement. Bisous.



le camisard 26/04/2010 07:39


Très bon livre, j'ai beaucoup aimé. Ma soeur l'a eu en cadeau, elle a adoré. Ma fille me l'a emprunté, elle m'a dit, je cite: j'ai trop kiffé.

A lire d'urgence.

A quand un prochain livre Mme l'écrivaine?


marie-b 28/04/2010 18:19



Tu connais mon rythme actuel alors patience. Merci de tes encouragements qui n'ont jamais failli depuis le début, fan de la première heure. Bisous et n'oublie pas une caresse à ton chien au nom
imprononçable lol!!! Fire ou fuego, c'était plus facile hi, hi, hi!!!



Présentation

  • : marie-b danse avec les mots.
  • marie-b danse avec les mots.
  • : Un inventaire à la Prévert: Un sourire Deux mains Trois promesses Quatre vers L'encre de marie.b
  • Contact

Profil

  • marie-b
  • Autrement dit: Yavanna.
  • Autrement dit: Yavanna.

Recherche

Archives

Liens