Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 avril 2009 7 26 /04 /avril /2009 14:37

Comparable à un nid d’aigle solidement agrippé au renflement rocheux de la face ensoleillée d’un vallon, il était constitué d’une trentaine de maisonnettes aux murs de pierres sèches et aux toitures chapeautées de lauzes. S’adaptant au vertigineux dénivelé sur lequel il était bâti, Racoule était parcouru de passages et de chemins accidentés que seuls les animaux et les enfants arpentaient avec aisance.

Des traversiers cascadaient tout autour du village. Petits murets de pierres grises savamment imbriquées et comblées par une terre noire, acheminée péniblement à dos d’homme. Ce procédé élaboré afin de permettre à l’agriculture de survivre sur les flancs arides et schisteux d’une région inhospitalière, autorisait la vie à s’enraciner là où elle aurait dû demeurer stérile.

  Au-dessous du groupe de maisonnettes, la pente démesurée aboutissait dans un frais ruisseau aux gazouillis berçant. Sur l’autre face du vallon, l’ubac recouvert de châtaigniers, fournissait aux hommes et aux animaux le pain cévenol. Le fruit nourricier et salvateur. La châtaigne…

Les gens peuplant ce petit village étaient tous issus de vieille souche cévenole. Ils étaient à l’image de leur pays, rudes, courageux et sauvages. Héritage de leurs ancêtres camisards et reflet de l’âpreté d’une vie consacrée à tirer ressource d’une terre manquant de générosité.

Tous se connaissaient depuis toujours car on s’accrochait à Racoule du jour de sa naissance jusqu’à son trépas. Les liens de parenté, proches ou plus éloignés, unissaient les villageois depuis toujours. De tissages d’unions en amitiés sincères, cet amalgame de liens formait une toile d’araignée tenant fidèlement les habitants entre ses fils.

Partager cet article

Repost 0
Published by marie-b - dans Divers
commenter cet article

commentaires

angel 30/04/2009 07:16

l'âme de ces petits villages survit ou se perd,selon que la vie a pu s'épanouir dans le labeur local;trop de communes deviennent des dortoirs,ou pire des hâvres de"weekend.."

hangdream 29/04/2009 21:59

En autres choses......" je commence à tanner le cuir de mon fondement, craignant les foudres pédéstres d'une cévenole!!?!!.....;-)

titi. 29/04/2009 21:56

La "castagne" fruits qui a permis aux camisards du survivre. Economie d'une région, identité d'une région.
Vivement septembre !!!!!!!!!
Gros bisous mon amie.

hangdream 29/04/2009 21:56

S'oir.....les terres rudes font souvent naître des coeurs courageux et d'une grande richesse que l'on appelle amitié comme l'araignée et la toile vont de " pères " et de ses liens s'écrit le fils de l'histoire gravé dans les mémoires....

jean-marc 29/04/2009 09:48

Cette "carte postale" me faitpenser à un autre village, d'un autre edroit tout aussi massif, tout aussi central. c'est vrai quel es familles étaient là opur des siècles et des siècles, pas toujours en bon harmonie tout de même. Mais là. L'électricité est arrivée, eux, ils sont partis. Nous voilà partout dans cet ailleurs maintenant. Et de cet autre lieu, on a la mémoire pour rassembler nos racines, fortes et frêles. A mes enfants, je ne peux transmettre qu'un mythe. alors je le fais car notre mémoire est notre seule richesse avec notre utopie. Je suis un fils occitan en errance dans ce 21 mondialisé.

Présentation

  • : marie-b danse avec les mots.
  • marie-b danse avec les mots.
  • : Un inventaire à la Prévert: Un sourire Deux mains Trois promesses Quatre vers L'encre de marie.b
  • Contact

Profil

  • marie-b
  • Autrement dit: Yavanna.
  • Autrement dit: Yavanna.

Recherche

Archives

Liens