Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 11:50

Une brume opaque recouvrait la campagne lorsque Anna émergea. Elle repensa aux évènements de ces derniers jours et à la sensation désagréable laissée par son cauchemar puis elle comprit qu’elle ne  pouvait  repousser indéfiniment sa dernière épreuve. Après avoir avalé un café noir et prit une douche, elle enfila un gros pull de laine des îles d’Aran, cadeau de Liam. Elle avança à pas lents jusqu’à l’extrémité du couloir, se figea un instant devant la porte, prit une grande respiration et entra…

Les volets, fermés depuis trop longtemps, laissaient filtrer de fins rayons lumineux. L’ampoule du plafonnier ayant grillée, c’est en tâtonnant dans une semi obscurité qu’Annabelle rejoignit la fenêtre. La lumière inonda brusquement l’atelier et une brume cendreuse révéla un lieu à l’atmosphère fantomatique.

 Tout était à sa place, pareillement aux souvenirs de la jeune femme. Les chevalets, la table sur laquelle palettes, tubes et pinceaux semblaient endormis dans un écrin de poussière, le vieux canapé fatigué adjoint de son fauteuil, les toiles alignées à même le sol et celles accrochées aux murs.

 La jeune femme semblait redécouvrir les œuvres, admira la justesse des perspectives, la beauté des couleurs, le réalisme de chaque touche et repéra dans un coin de la pièce, un nu que Bérenger avait fait d’elle peu de temps avant sa mort. Elle ne sembla pas se reconnaître…

 Annabelle promena ensuite son regard sur chaque objet avec émotion, revit Bérenger concentré sur les détails d’un tableau, son sourire puis son rire franc et bruyant quand il lui courait après, feignant de l’attraper afin de la croquer. Elle l’entendit chantonner en mêlant les couleurs sur sa palette.

 Ses yeux se posèrent sur la chaîne stéréo, un air des quatre saisons de Vivaldi lui revint puis un concerto pour flûte et harpe de Mozart prit le relais. Ses souvenirs auditifs se terminèrent sur une ritournelle de la symphonie pastorale de Beethoven.

 Elle s’assit sur le vieux canapé et d’autres sensations lui revinrent en mémoire. L’odeur de sa peau et sa douceur, les contours sinueux de son corps nu, ses mains si habiles à caresser…

 A l’apogée de son émotion, Annabelle trouva, au plus profond de son cœur, la force de ressentir les souvenirs avec le recul nécessaire pour ne pas s’effondrer. D’abondantes larmes sillonnaient son visage mais elles n’étaient plus celles de la détresse où du chagrin. Elles reflétaient maintenant un apaisement face à l’acceptation. Sur son visage, un pâle sourire se dessinait. Bérenger n’était plus et seul d’éphémères souvenirs de lui flottait encore dans l’atelier.

Partager cet article

Repost 0
Published by marie-b - dans Divers
commenter cet article

commentaires

ysengrin45 08/02/2009 19:45

Superbe texte, yavanna, dans l'éciture et l'émotion.
J'ai retrouvé ta piste par angele,et je m'étonne que tu ne donnes pas ton lien à tes blogueurs d'orange... Amitiés.

marie-b 09/02/2009 18:32


Si tu t'étonnes que je ne donne pas mon lien à mes blogueurs Orange, c'est que tu fais un piètre enquêteur. Par contre, tu es un fin limier... Tu es le bienvenu sur ces pages Ysengrin


Angel 04/12/2008 19:46

Surtout arriver à vaincre ses derniers démons et accepter...le deuil de l'absence.

arcane13 02/12/2008 16:15

Aller au bout de la souffrance et renaître ensuite . Il est beau ce texte.

Titi. 29/11/2008 13:47

Ouais !!!!! Ben, moi, j'ai rien compris !!!!!
Vive Ludwig, Wolfgang Amadeus et Richard !!

REBOUL 29/11/2008 07:45

L'émotion suscitée par nos souvenirs n'appartient qu'à nous.
Nous avons là, très bien écrit par l'auteur, un bel exemple de retour vers un passé, vécu profondément de l'intérieur par Annabelle...

Présentation

  • : marie-b danse avec les mots.
  • marie-b danse avec les mots.
  • : Un inventaire à la Prévert: Un sourire Deux mains Trois promesses Quatre vers L'encre de marie.b
  • Contact

Profil

  • marie-b
  • Autrement dit: Yavanna.
  • Autrement dit: Yavanna.

Recherche

Archives

Liens